MACROSCOPE : l’édition du 16 avril

0
13
Cet article a été initialement publié sur ce site

Le thème de la semaine : entre détente et nouvelles tensions

Nos robots agrégateurs vous tiennent informés et explorent pour vous les dernières infos et actus. Vous pouvez même : Publier une actualité ou Faire votre publicité

Nous évoquions la semaine passée la « méthode Trump », faite de coups de force médiatiques et d’exagérations verbales, suivis de propos plus modérés, qui n’en demeurait pas moins une méthode de négociation.

La semaine écoulée en a apporté une nouvelle preuve, avec un Président américain nettement plus cordial à l’égard de ses homologues chinois, et multipliant les messages propres à rassurer les marchés. Expliquant que « tout va bien se passer avec la Chine », assurant qu’il reste un « grand ami » des Chinois, il a ensuite remercié Xi Jinping pour « ses paroles aimables », après la promesse de celui-ci d’assurer un meilleur accès aux secteurs financiers et manufacturiers chinois aux entreprises étrangères. En fin de semaine, M. Trump est allé un cran plus loin dans la détente avec la Chine, annonçant qu’il étudiait la possibilité d’un accord de libre-échange en Asie. Il prouve ainsi ce que l’on comprenait en analysant avec un peu de recul : ses menaces, qui tiennent plus du coup de poker que d’une intention réelle, visent surtout à établir un rapport de force en vue de l’ouverture de négociations avec la Chine.

Pour autant, les derniers jours n’ont pas été avares en tensions géopolitiques et c’est à nouveau des Etats-Unis que sont venues les flèches. En début de semaine dernière, le marché actions russe et le rouble ont fortement dévissé, après l’annonce par l’administration américaine de sanctions visant des personnalités et entreprises russes : ces dernières perdent tout accès direct au marché américain. Episode 2 ensuite, avec l’annonce de frappes militaires sur la Syrie, en réponse à une supposée attaque chimique imputée au régime de Damas, au mépris des avertissements russes qui avaient annoncé que tout missile américain tiré contre la Syrie serait détruit.

Si elles ont fortement impacté le marché russe, ces tensions n’ont eu qu’une incidence modérée sur le reste des marchés actions. D’une part, les relations entre les Etats-Unis et la Russie ont une longue histoire de rivalités, antérieure à la présidence Trump. D’autre part, malgré les menaces russes de représailles, l’impact potentiel de ces tensions sur le commerce mondial est bien moindre que celui d’un éventuel conflit avec la Chine. Il ne faut pas non plus oublier la portée électoraliste de l’attitude de M. Trump, à l’approche de Midterms qui s’annoncent tendus pour le camp républicain.

Dans un contexte d’arrêt progressif du stimulus monétaire des banques centrales dans lequel le grand mouvement de mondialisation a peut-être atteint son apogée, l’accumulation de ces tensions géopolitiques doit toutefois nous inciter, en tant qu’investisseurs, à nous poser la question de l’avenir des équilibres mondiaux.

Telex

 

►   Surchauffe ? La Fed a publié les minutes de sa dernière réunion, qui avait entériné un nouveau relèvement de 25bps des taux directeurs. On y retrouve beaucoup d’éléments habituels, de la confiance des membres du FOMC dans la croissance américaine à leur conviction sur le retour de l’inflation vers la cible de 2% « dans les prochains mois ». Mais le conseil des gouverneurs s’interroge pour la première fois sur la nécessité d’agir pour éviter une surchauffe de l’économie. Un débat que l’institution n’avait plus connu depuis une bonne décennie.

►   Vases non communicants. L’inflation américaine est restée très modérée en mars. L’indice global des prix à la consommation a baissé de -0,1%, essentiellement en raison de la chute des prix de l’énergie, notamment de l’essence. Comme anticipé, l’inflation sous-jacente a augmenté de 0,2%, conduisant sa progression sur un an à franchir les 2% (2,1%). En parallèle, les prix à la production continuent d’évoluer à un rythme plus soutenu, avec une hausse de 0,3% en mars, et 0,4% pour l’indice « cœur ». Entre les deux, ce sont les marges des entreprises qui risquent d’être sous pression.

►  Contradiction positive. A contre-courant des inquiétudes sur la croissance européenne, notamment liées à la publication de chiffres de PMI ou production industrielle relativement décevants, Benoît Cœuré, membre du directoire de la BCE, a tenu la semaine dernière des propos optimistes. L’économiste français considère que l’économie de la zone euro reste forte, solide et bien répartie. La situation pourrait même être meilleure qu’en apparence selon lui : « la croissance potentielle n’a peut-être pas été aussi affectée par la crise qu’on le pensait il y a quelques années ».

 

LVMH

LOREAL

Le picking de la semaine

LVMH, L’OREAL : le luxe se porte bien !

 

►   L’actu. La publication des très bons résultats de LVMH et L’ORÉAL pour le premier trimestre 2018, avec à la clé un enseignement majeur : malgré des effets de change nettement défavorables, l’industrie du luxe est au beau fixe.

►   Notre analyse. LVMH a publié un chiffre d’affaires impressionnant, à 10,8 milliards d’euros, avec une croissance organique de 13%, bien supérieure aux attentes du consensus qui tablait sur une progression de 8,5%. Toutes les divisions du groupe sont en hausse. Les vins et spiritueux affichent une croissance organique de 10%, la mode et la maroquinerie de 16%, les parfums et cosmétiques de 17% et les montres et la joaillerie de 20%. Ces résultats attestent par ailleurs d’une excellente orientation en Chine, principale composante du marché asiatique où les ventes ont augmenté de 21%.
Même son de cloche du côté de L’ORÉAL : la zone Asie-Pacifique a vu son chiffre d’affaires progresser de 21%, avec une forte contribution de la Chine et de l’Inde. L’appétit du consommateur chinois est en grande partie à l’origine de la très bonne performance de la division Luxe, qui reste, avec 14% de croissance organique au premier trimestre, l’une des locomotives du groupe. A noter également, les effets de devises – hausse de l’euro notamment – certes bien anticipés mais très défavorables (impact de -8,4% pour L’ORÉAL et -10% pour LVMH) n’ont pas empêché les deux groupes exportateurs d’afficher des résultats extrêmement solides.

►  En conclusion. Le ton des deux groupes est résolument optimiste pour le reste de l’année. Le management de LVMH s’attend à la poursuite de ces tendances et le groupe commence à passer des hausses de prix. La confiance est également de mise chez L’ORÉAL, avec une dynamique qui devrait rester très favorable en Asie notamment. Les momentum de croissance et de révisions en hausse des attentes bénéficiaires justifient selon nous les valorisations relativement élevées dans le secteur du luxe : nous conservons nos positions dans Echiquier Major et Echiquier World Equity Growth.

 

Le fonds à la loupe

 

EWEG
Auteurs : Olivier de Berranger, CIO ; Enguerrand Artaz, Cross Asset Manager
ISIN Echiquier World Equity Growth : FR0010859769 – Niveau de risque : 5/7
ISIN Echiquier World Equity Growth I : FR0011188267 – Niveau de risque : 5/7
Source : Morningstar – Données au 31/03/2018 – 5 étoiles overall dans la catégorie Actions Internationales Grandes Cap. Croissance chez Morningstar. ©2018 Morningstar, Inc. Tous droits réservés. Les informations contenues ici : (1) appartiennent à Morningstar ; (2) ne peuvent être reproduites ou redistribuées ; et (3) ne sont pas garanties d’exactitude, d’exhaustivité ou d’actualité. Ni Morningstar, ni ses fournisseurs de contenu ne sont responsables en cas de dommages ou de pertes liés à l’utilisation de ces informations. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.
Les valeurs citées sont données à titre d’exemple. Ni leur présence dans les portefeuilles gérés, ni leur performance ne sont garanties. Les fonds présentent un risque de perte en capital. Ce document ne présente pas de caractère contractuel. Il ne peut être remis à des tiers qu’avec l’accord préalable de La Financière de l’Echiquier. Les informations sont fournies à partir des meilleures sources en notre possession. Ces informations et ce document ne sont pas constitutifs d’un conseil en investissement. Pour plus d’informations sur les fonds présentés, nous vous invitons à vous référer au prospectus disponible sur simple demande auprès de la société de gestion au +33.(0)1.47.23.90.90 ou à contacter votre interlocuteur habituel.
- Sponsorisé -